Séminaire filières du 24 octobre : une journée riche en débats

Le séminaire sur les filières pyrénéennes organisé par l'ACAP s'est déroulé à Foix le 24 octobre dernier. Il a permis de rendre compte des enjeux, des besoins et des leviers d'actions pour l'accompagnement et le développement des activités agricoles sur le massif des Pyrénées.

La journée fut riche en débats et s'est articulée autour des résultats de l'étude, de deux ateliers débats (1° Question du renforcement progressif de la dimension économique des exploitations pour la compétitivité des filière 2° Question du rôle des politiques publiques en matière d'accompagnement et de suivi des filières) et d'une table ronde autour des filières territorialisées.

Séminaire Filières du 24 octobre : Engager les Pyrénées dans une nouvelle phase de développement

invitation

Les filières pyrénéennes face à des défis renouvelés

De tous les massifs français, le Massif des Pyrénées est celui où le poids de l’agriculture reste le plus important avec 8,4% des actifs. Les activités agricoles sont essentielles à la vie de ces territoires. Les agriculteurs sont des acteurs économiques déterminants : pour 1 agriculteur, c’est 4 emplois induits dans le secteur agricole (7 si l’on considère ceux hors zone Massif) auxquels il faudrait ajouter les emplois indirects des autres secteurs d’activités comme le tourisme et les services. Insérés dans leurs territoires, les agriculteurs entretiennent près de 44% des espaces et participent à la vie sociale des territoires ruraux. L’agriculture s’impose comme le socle des activités économiques des Pyrénées.

Pourtant, le nombre d’exploitations agricoles ne cesse de diminuer (-20% sur les 10 dernières années), l’économie agricole reste marginale et la production agricole ne compose parfois que 30% du revenu des agriculteurs. Comment expliquer cet état de fait ?

A ce paradoxe, il n’y a pas un mais plusieurs facteurs qui se combinent. La formation du prix à la consommation où la part de la rémunération de la matière première (et donc de l’agriculteur) qui compose le produit d’achat ne cesse de diminuer en raison de la spécialisation et de la globalisation des opérateurs qui composent les filières (producteur, transformateur, transporteur, fournisseur, …). Les fluctuations des prix des marchés et la question de la rentabilité de la production particulièrement prégnante en zone de montagne où les coûts de production sont plus élevés. La dérégulation des marchés empêche aujourd’hui une intervention corrélée directement au niveau du prix ou de la production.

A l’heure des choix stratégiques

Dans un contexte économique certes instable mais où les consommateurs attachent de plus en plus d’importance à la qualité des produits qu’ils achètent, les acteurs agricoles sont formels. Il convient de relever de nouveaux défis par un investissement durable dans des productions économiques rentables à travers le renforcement progressif de la dimension économique des exploitations et de la compétitivité des filières agricoles pyrénéennes. Il convient aussi de saisir les opportunités ouvertes par le nouveau cadre européen et ses déclinaisons nationales et par la réforme des collectivités territoriales.

Il faut réinventer de nouveaux schémas agricoles. Par des actions ciblées sur la transmission et l’installation agricole en proposant une combinaison leviers portant sur la restructuration foncière, l’investissement matériel, la gestion innovante des problématiques financières, la formation et l’amélioration de l’attractivité de la profession. La question de la technicité des systèmes d’exploitation doit également conduire à un renforcement et une harmonisation du conseil agricole, l’anticipation des évolutions pour une meilleure adéquation entre la production et la consommation. Il convient de soutenir les investissements dans les exploitations pour d’une part diminuer la pénibilité et améliorer la productivité du travail et d’autre part augmenter de façon efficience la performance des outils de production. Les démarches de qualité sont de réels opportunités car elles actionnent ces leviers de façon combinée, engagent les producteurs dans une démarche collective de progrès, organisent la commercialisation, limitent les effets de la volatilité des prix et permettent une contractualisation adaptée. En résumé, il est nécessaire de « territorialiser » les filières pour créer plus de valeur ajoutée sur le Massif.

En ce sens, les facteurs de l’équation sont à la fois techniques, économique, politique et sociologique. C’est collectivement qu’elle devra être résolue.

Engager les Pyrénées dans une nouvelle phase de développement

C’est pour toutes ces raisons que les partenaires pyrénéens de l’agriculture, sous la coordination de l’ACAP, ont engagé en 2012 une étude prospective sur le devenir des filières pyrénéennes. De la mise en place d’un observatoire du développement Agricole des Pyrénées à l’identification des enjeux, des besoins et des leviers en matière d’accompagnement du développement des filières pyrénéennes, cette étude propose aujourd’hui un socle commun de connaissances pour garantir cohérence et visibilité lorsqu’il conviendra aux acteurs de s’accorder sur les nouvelles perspectives à donner.

C’est le pari ambitieux du Séminaire du 24 octobre 2013 qui se tiendra à l’Université de Foix en présence des acteurs pyrénéens nationaux et régionaux. Une date qui veut marquer, dans le calendrier pyrénéen, une rupture et engager les Pyrénées dans une nouvelle phase de développement agricole.

Retrouver l'ensemble de son programme ci-dessous ou en téléchargement : Programme Séminaire ACAP sur les filières pyrénéennes


Arbitrages nationaux sur la PAC : l’ambition ou l’abandon pour la montagne ?

A l’heure des choix sur la déclinaison nationale de la Politique Agricole Commune, le bureau de l’Association des Chambres d’Agriculture des Pyrénées (ACAP) a souhaité réaffirmer sa volonté de voir la mise en place d’une PAC juste, ambitieuse et pariant sur le développement durable des zones de montagne.

Depuis novembre 2012, l’ACAP a engagé un travail de sensibilisation des élus agricoles, territoriaux et nationaux aux enjeux spécifiques de l’agriculture pyrénéenne. S’appuyant sur l’étude stratégique rendue publique en 2011, l’ACAP a largement fait connaître les problématiques actuelles de l’agriculture pyrénéenne : celle d’une activité fragile, déterminante pour la vie des territoires mais également particulièrement pertinente aux regards des enjeux agricoles, alimentaires et environnementaux des décennies à venir.

C’est parce que l’agriculture pyrénéenne est confrontée à des enjeux démographiques et économiques majeurs qu’elle doit être en mesure de mettre à profit l’ensemble des opportunités ouvertes par le nouveau cadre européen pour valoriser tous ses potentiels : qualitatifs, économiques, environnementaux, agroécologiques et territoriaux.

C’est dans ce sens que l’ACAP se positionne pour une politique agricole nationale, qui intègre la montagne comme un atout, et ne cède pas à la tentation de voir ces territoires spécifiques circonscrits à une unique politique de compensation de handicap.

L’agriculture de montagne est une opportunité pour la France. Elle est une chance dans le défi environnemental posé aujourd’hui aux activités de production alimentaire. C’est pour cela, qu’au même titre, que l’ensemble des productions françaises, elle doit pouvoir bénéficier d’une reconnaissance forte de sa contribution environnementale, par l’établissement d’un paiement vert forfaitaire dès 2014.

Elle est une activité économique vitale pour des territoires en recherche d’un équilibre nouveau face à la métropolisation des activités économiques et humaines. Pourtant, elle fait aujourd’hui l’objet des paiements directs des plus faibles de l’hexagone. L’ACAP s’inscrit pleinement dans l’esprit de la réforme de la PAC pour 2014-2020. Elle souhaite voir s’établir un régime de soutien direct équitable, permettant dès que possible, une convergence achevée à l’échelle du territoire national.

Les défis de l’élevage pyrénéen appellent des réponses rapides et des décisions d’avenir : la volonté du Ministre Le FOLL de soutenir prioritairement les 50 premiers hectares de l’exploitation agricole constitue un élément de réponse convaincant. Cette mesure doit être accompagnée d’outils structurant et incitant à la performance économique et environnementale, en établissant des aides couplées et des mesures agro-environnementales aussi réalistes que mobilisatrices. Les mesures de soutien à l’installation des jeunes agriculteurs et à l’investissement dans le matériel et les bâtiments de montagne, sont, dans ce contexte, des clés de la réussite d’une politique d’avenir. Ils sont aussi des moyens incontournables d’une politique d’emplois pérennes et ancrés dans leurs territoires.

Les Pyrénées ont fait le choix de l’ambition en proposant un Projet agricole pyrénéen stratégique pour 2014-2020. Il revient aux décideurs nationaux de faire connaître leur vision de l’avenir de l’agriculture, et du rôle de la montagne, dans le projet qu’ils poursuivent pour la France.

Arbitrages nationaux sur la PAC : l'ACAP en première ligne.

La rentrée 2013 est particulièrement déterminante pour l'agriculture pyrénéenne. En effet, les arbitrages nationaux sur la PAC seront rendus au cours des prochaines semaines. De ces orientations dépendront les futures politiques publiques agricoles de montagne.

L'ACAP est mobilisée pour faire valoir les intérêts des agriculteurs pyrénéens et poursuit son travail de représentation des propositions du Livre blanc de l'agriculture Pyrénéenne. Elle sera présente le 18 septembre au Groupe montagne de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture, ainsi que le 24 septembre à l'occasion du Groupe montagne du Ministère de l'Agriculture.

Les élus de l'ACAP, sont particulièrement actifs dans ces débats pour réprésenter les Pyrénées et construire des politiques publliques propres à assurer l'avenir durable de l'agriculture sur le massif.

Assemblée Générale de l’ACAP : 2014-2020, une ambition renouvelée pour les Pyrénées

Le 5 juillet 2013 l’Assemblée Générale de l’ACAP s’est réunie à Argelès-Gazost pour faire le bilan du cinquième exercice de l’organisation.

La journée a permis aux élus et acteurs pyrénéens de se pencher plus particulièrement sur la question de filières territorialisées et de ses problématiques. La visite de la coopérative de la vallée des Gaves (Lourdes) fût l’occasion d’échanges entre professionnels et élus sur les enjeux du développement des outils de transformation et de commercialisation dans nos vallées.

La matinée s’est poursuivie par le bilan moral et financier de l’exercice 2012. Une année riche pour l’ACAP qui a permis de poursuivre et de mettre en œuvre une série d’études sur l’agriculture du massif et de renforcer son poids dans les discussions politiques.

L’intervention de M. Riccardo PASSERO du Ministère de l’agriculture italien sur les dispositifs de soutien au développement des filières a été l’occasion d’un riche échange avec la salle.

Il reste encore beaucoup à construire pour pérenniser l’agriculture du massif. C’est dans le sens du développement de politiques ambitieuses pour 2014-2020 et d’une plus forte intégration de l’agriculture aux politiques territoriales que l’ACAP s’est engagée à poursuivre ses missions.

Cliquez ici pour télécharger le rapport de l'A.G. 2013, le rapport d'activité de l'ACAP et la présentation de Riccardo PASSERO.