Entretien avec jean-Michel ANXOLABEHERE, Président de l'ACAP

Avril 2015

Jean Michel ANXOLABEHERE 201504
Fédérant les acteurs agricoles pyrénéens, elle défend les enjeux spécifiques des activités agricoles et pastorales de montagne. L’activité de production en territoire de montagne ne pouvant se résumer aux seules politiques de compensation des handicaps, la stratégie politique de l’ACAP est de promouvoir une agriculture rentable et forte dans ses territoires.

 L'ACAP c'est quoi ?

Fondée en 2008, l’Association des chambres d’Agriculture des Pyrénées est la porte-parole des chambres d’agriculture des départements pyrénéens que sont les Pyrénées Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne, l’Ariège, l’Aude et les Pyrénées Orientales. Elle est pilotée par un bureau permanent composé de membres élus – Pierre MARTIN pour les Hautes-Pyrénées, Francis ADER pour la Haute-Garonne, François TOULIS pour l’Ariège, Marie-Aude PONS pour l’Aude, Françoise GUIDEL pour les Pyrénées Orientales et moi-même pour les Pyrénées Atlantiques, mais également Bernard MOULES pour la FNSEA, Antoine BAURES pour le SUAMME, Alfred VISMARA pour la chambre régionale de Languedoc-Roussillon, Jean-Pierre GOÏTY pour la chambre régionale d’Aquitaine et Jean-Louis CAZAUBON pour la chambre régionale Midi-Pyrénées – et directeurs.

 Quelles sont ses missions ?

L'ACAP assure en premier lieu des missions d'ordre politique et qui ont pour objet la mutualisation des réflexions des chambres départementales. Nous articulons notre stratégie et nos prises de positions selon deux enjeux prioritaires : l'économie de production et la valorisation de nos potentiels territoriaux (nous, nos savoirs faire et notre ressource locale). L'adéquation entre pratiques de production et territoire est garante d'une économie agricole rentable mais surtout durable. Ainsi, nous nous faisons force de défendre une agriculture de production, rémunératrice et de qualité mais également forte dans ses territoires.

Quels sont ses moyens ?

Pour alimenter nos réflexions politiques, nous assurons des missions techniques de simulations des impacts des politiques publiques sur nos systèmes mais aussi d'échange d'expériences. Ces missions sont mises en oeuvre par une équipe ACAP restreinte à deux agents techniques et qui s'appuie très fortement sur le réseau d'experts des chambres départementales.

Quelle est sa plus-value pour le réseau des chambres d'agriculture et donc pour les agriculteurs pyrénéens ?

L'économie de production se raisonne à des échelles supra-départementales. La coordination des actions des chambres départementales à l'échelle du massif par l'ACAP est d'autant plus pertinent lorsqu'il s'agit de faire progresser les schémas territoriaux et d'investir dans la compétivité des filières. Enfin, l'ACAP est avant tout une instance politique composée de professionnels et qui repose sur un réseau d'experts. Forte de ces atouts, elle a aujourd'hui la capacité de faire coïncider l'économie des marchés, la réglementation et les politiques publiques avec les réalités de terrain !